Cie Petite âme

La Cie Petite Âme a été fondée en 2003 par trois comédiens : Vincent Lecuyer, Gwen Berrou et Cloé Xhauflaire. La compagnie explore les écritures contemporaines comme celle de Biljana Srblijanovic, et surtout de Vincent Lecuyer. Un théâtre où le potentiel de l’acteur est au service d’un jeu vivant, recherchant l’ultra-spontanéité. Sur le fil de l’émotion, entre rire et larme, l’humour tient une place prépondérante pour servir un propos sensible . Ce fut l’exil dans « La Trilogie de Belgrade », dirigé par Yves Claessens; le suicide dans « Nuit Blanche » ;  le monde étouffé dans « Petite âme  »).

Capture d’écran 2016-06-07 à 18.40.33

Ce travail délicat offre à l’interprète une grande liberté lors de la représentation. Les répétitions donnent ici aux acteurs les outils pour cerner toutes les dimensions de l’histoire racontée, les rendant ainsi plus à même de renouveler l’exploration chaque soir. Ce qui confère une belle part de découverte et de fraicheur lors des représentations qui est l’identité de la compagnie.

 

 

 

 

Capture d’écran 2016-06-07 à 18.36.00

Le texte Petite âme de Vincent Lécuyer s’est joué en avril 2015 au festival Emulation à Liège  et au 210 à Bruxelles.

http://theatredeliege.be/evenement/petite-ame/

Jour de noces chez les Saltmann : Erick épouse Eunisa. Mais en dépit du vin blanc qui monte à la tête, de la robe blanche et des valses, les cœurs ne sont pas tous à la fête. C’est que le malheur hante la famille. Le malheur qui fait couler l’eau de la rivière dans les cerveaux noyés, qui a empli les veines de boue. Comment vont bien pouvoir tenir un couple si mal assorti, une famille si empêtrée, une petite société aussi divisée alors que la destruction semble plus forte que l’amour? Au travers de cette histoire, aux allures de fable ancienne ou de conte sans fée, classique chronique de généalogie et d’hérédité, Vincent Lécuyer s’est posé la question de la définition des êtres, par leur histoire, par leur éducation, par la société, par leurs traditions, ce qu’on attend d’eux, ce qu’ils attendent d’eux-mêmes, leur marge de manœuvre et leur possible ou impossible liberté. Dans ce monde étouffé et étouffant, faut-il partir ou rester ? Comment tenir debout ? Ou pas ? Comment faire grandeur de son peu de moyens ? Du théâtre qui élargit les étroitesses d’esprit et fléchit les certitudes d’une société bien trop sûre de la véracité de ses principes.